AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Murder in the Thirst | LIBRE |

Aller en bas 
AuteurMessage
Lestat
Admin
avatar

Messages : 221
Age : 24
Puf : Daichi
Célibataire ? : Non et Renon
Espèce ? : Akuma | Akuma

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Murder in the Thirst | LIBRE |   Mar 28 Juin - 15:44

Murder in the Thirst
| LIBRE |

[ Je n'attends pas expressement une réponse car je l'ai écris par plaisier et pour lacher un peu le fauve mais si vous avez le courage pourquoi pas ! ]


    Je fronce les sourcils mon regard planté sur le plafond songeur. Se soir la nuit est sombre et lourde, une nuit à ne pas trainer dehors. Une autre nuit ou des frissons me prend et que je sens la faim bruler mes lèvres à m'en faire refroidir tout mon corps, Lazare le ressent à chaque fois et ce soir c'est le même manège plus violent. Je pose d'un coup une main sur mes lèvres essayant de calmer l'envie qui me ronge, depuis quand n'avais-je pas ressentis des telle pulsions meurtrière ? Je pensais que Lazare avait réussis à briser cette part de moi ... Je pousse un soupir sentant le bras de mon compagnon se resserré autour de mon ventre inconsciement, son souffle se heurtant contre ma peau. J'ai peur de le perdre, j'ai peur que mon amour ne suffit plus pour le retenir à mes côtés ... On dit que l'amour est un sentiment instable facilement éphémère qui s'efface progressivement. Est-ce que l'amour peut laisser place à une haine sans limite ?

    Je me redresse d'un coup m'arrachant de l'emprise de Lazare assez brusquement. Je prend mon visage entre mes paumes m'asseayant au bord du lit mais un contact fait frémir mon dos. Je me retourne brièvement croisant les prunelles inquiète de mon Amant qui me demande si tout va bien. Je tressaillis car je ne peux pas lui dire la vérité ! C'est impossible. Je sourie l'embrassant tendrement lui murmurant que ce n'est que un mauvais rêve. Mon attitude a l'air de le convaincre et il se rendors. Je ramène la couverture sur ses épaules avant de disparaître de la chambre avec des affaires. Il n'est pas nécessaire que je reste ce soir au pire de l'énerver ou de le blesser une nouvelle fois. Pourtant il y aurait de quoi s'alarmer quand j'ai croiser mon reflet dans un miroir j'ai revus ses lueurs acier dans mes yeux, ce démon était revenus.

    Mes pas résonnents dans les ruelles sombres alors que le souffle ératique d'une jeune fille brise le silence et le bruit de sa course se répercutant sur les murs étroit. Je la traque depuis déjà quelques minutes, elle faigue à vu d'oeil et devient maladroite, en trébuchant, se trompant ... Les humains sont faible. Je la conduis tranquillement vers le lieu que je voulais comme si on rassemble une vache au troupeau. Je l'observe percher mes prunelles se décinant dans la nuit comme deux pierres précieuses. Elle s'arrête un instant regardant derrière elle puis le ciel couper par les immeubles délabrés. Personne n'était dans les rues à cette heure là, à pars la vermine. Son regard humide refletait un sentiment de terreur, je sors d'un coup de l'ombre me collant à son corps par derrière comme la mort sournoise qu'elle est passé un souffle glacer contre la nuque de ses victimes. En plus je respire son odeur mes doigts frôlant sa peau frissonnante. Je disparais en ricannant, elle crie de frayeur se retournant sur elle même pour me voir. Elle crispe ses mains sur son pull me demandant ce que je lui voulais, je siffle entre mes dents mes pas résonnant à nouveau beaucoup plus lourd. Terrifié elle reprend sa course effreiner rentrant dans un immeuble abandonner, elle monte les escaliers en trébuchant avant de rentré dans un appartement au hasard croyant pouvoir me semer ainsi.

    Mais malheureusement pour elle je suis déjà dans l'appartement sans même qu'elle le sache, mes sens éguisés me mène droit à elle sans y réfhéchir, cet instinct au fond de moi prenant doucement le contrôle. Elle est recroqueviller dans un coin pleurant à chaude larme, ayant complètement perdus la tête par la pression que j'ai excercé tout le long du jeu. Je souris me tenant au pas de la porte, fière de l'effet que j'ai produit sur cette jeune fille. La satisfaction d'être craint ! Mon sourire malsain ne fait que grandir. Je me raproche m'asseyant devant elle, mes mains s'envole vers son visage. Mes doigts geler rentre en contact avec ses joues brulante, je frissonne ouvrant mes yeux. Je sèche ses larmes soigneusement presque tendrement, avant que mon pouce vient effleuré ses lèvres, objet de convoitise. Elle me fixe le regard livide complètement à bout de force, mes mains glisse s'accrochant à sa nuque la tirant contre mes jambes pour qu'elle repose sa tête. Je caresse ses cheveux lentement, fredonant une douce berçeuse. Qui peut savoir si je suis réellement moi ainsi ou quand je suis avec Lazare ? Je sui fou, instable, sans coeur qui ne vous dit pas que cet être n'est pas réellement moi ? J'ai toujours étais ainsi ...

    Ma main glisse sur sa gorge lentement tatant l'artère où je sens le sang battre, je me faufile dans son décolleté sans hésitation pour sentir son coeur. Je souris tendrement entendant la douce mélodie et le cognement contre la poirtrine.

    - En voilà un qui bat fort ... dis-je dans un murmure sournois.

    J'enlève ma main prenant son visage entre mes doigts d'un coup et serrant légèrement. La fille me fixe avant d'exploser en sanglot complètement anéanti. Je presse avec force un doigt sur ses lèvres pour qu'elle se taise avec ses pourquoi ! Je me penche embrassant sa joue pour récolter une larme puis appose mes lèvres subitement. Je l'embrasse véritablement alors qu'elle s'accroche à ma nuque sous la douleur. Son âme s'efile et s'arrache lentement de son enveloppe humaine. Elle étouffe un hoquet de douleur contre mes lèvres alors que son corps devient lourd jusqu'à ne plus avoir aucun signe vital. Ce magnifique coeur mort à présent, je détache mes lèvres doucement avant de passer ma langue sur ces dernières. Je commence à partir dans un fou rire incontrolable. Depuis quand n'avais-je pas tuer par plaisir ? Je caresse lentement les cheveux de leur défunte propriétaire mes yeux dans le vague sentant peu à peu les pulsions cesser. Quand j'eu soudainement un éclaire de raison.

    Finalement je me lève laissant le corps devenus plus froid. Je monte sur le toit accueillie par un violent vent faisant battre ma veste dans les airs. Mes mèches rousses tombe sur mes yeux alors que je me dirige sans hésitation vers le bord où je monte toujours dans un mouvement de continuité comme si le sol s'étendais devant moi à perte de vue, je fais un pas dans le vide ... Alors qu'on peut penser que j'allais vaciller dans le vide, je me rattrape à la dernière minute à une antenne, genre de paratonnerre. Je commence à glousser regardant le vide avec désire, pourquoi une telle envie ? Je ne sais pas ressentir l'adrénaline d'une chute qui est mortel pour un humain mais qui ne l'ai pas pour nous.

    J'observe en bas le regard perdus me balancant et me penchant dangereusement. Je tends mon bras quand je vois soudainement l'image de Lazare tombé, je sursaute surpris lachant l'antenne que je rattrape de justesse. Le coeur tambourinant de frayeur m'accrochant comme un noyé à mon antenne, ayant retrouver mes esprits. Mon souffle encore court je me laisse choir sur le sol me sentant vidé d'un coup. Pourquoi avoir vu Lazare sauter ? Qu'est ce que cela signifie ? Je me rappelle de ma vision quand je sursaute une nouvelle fois. Je crispe ma main sur mon coeur, enfaite il sautait pour me rejoindre ... Une goutte amer roule sur ma joue.

    C'est vrai que depuis quelques jours j'ai peur de le voir me quitter ou par je ne sais qu'elle raison je devrais le laisser. Je sais que je ne pourrais pas survivre, sa aurait raison de moi ! Donc je finirais mes jours en sautant, m'auto-detruisant au préalable comme je sais si bien le faire ! Mon dieu Lazare ... Toi qui croit en moi, je ne fais que des choses pour te blesser ! Je ramène mes jambes contre moi posant mon front contre mes genoux, l'amour est éphèmere mais pourquoi cela fait si mal alors qu'elle est ancré profondément dans les coeurs et peut s'estomper brutalement ?!

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lestat
« I live in the darkness… but I yearn for the light. »
Revenir en haut Aller en bas
Pharen

avatar

Messages : 146
Age : 22
Puf : Poison.
Célibataire ? : Il semblerait que non. Kuroi ?
Espèce ? : Akuma.

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Dim 21 Aoû - 11:49


Pharen sortait du bar. L'endroit le plus fréquenté de la ville, toujours semblable à lui-même, avait été plein de monde ce soir. Il n'avait pas vu la populasse rentrer. A peine arrivé, en pantalon noir et chemise immaculée, son chapeau préféré sur la tête, il avait été mené dans la salle adjacente qui accueillait les tournois de poker. Le Texas Hold'em, il avait toujours aimé ça. Il fallait dire qu'il n'était pas mauvais du tout. Il s'agissait de dénicher l'habitué, celui qui connaissait tout et que chacun redoutait. Après ce repérage, trouver les tics de bluff des autres était chose facile. Ils avaient tous un truc. Certains clignaient des yeux brusquement, certains haussaient ou fronçaient les sourcils, les mimiques étaient multiples. L'Originel avait l'avantage d'être impassible. Il ne bluffait qu'aux occasions qui se présentaient, esquissant un sourire en coin devant un jeu qui paraissait inutile, misant de plus en plus haut pour faire tomber le seul adversaire qui tenait encore. La plupart du temps, l'autre se couchait finalement. C'est ainsi que, un à un, les participans se retiraient. Un verre de scotch dans la main, une cigarette dans l'autre, un nombre imposant de jetons devant lui. La situation idéale pour quelqu'un du genre masculin. Pas pour lui. Il manquait une moitié pour être comblé. Finalement, c'est dans un concert d'aplaudissements d'un côté sincères, de l'autre côté non qu'il gagna le tournoi. Il se retira avec l'argent. Il s'attendait à se faire tabasser à la sortie, eh bien ça ne manqua pas. Cinq colosses l'attendaient quand il poussa la porte du bar dans un état alcoolique à la limite du supportable. Il haussa un sourcil et attendit qu'un homme fasse le premier pas pour les tabasser un par un, sortant brusquement de leur somnolance les clients du bar. Il se sauva en titubant pour ne pas se faire prendre.

Pharen avait un taux respectable de whisky dans le sang. Il fallait dire que celui que le barman avait sorti en était un bon. Il en avait profité. Il arriva dans ce qui lui semblait être un parc. La seule chose qu'il voyait, c'était la petite fontaine. Il y arriva en vitesse éclair et se doucha la tête histoire de faire un peu passer le mal de tête qui l'assaillait comme un soldat à la guerre. Il avait comme une envie de vomir, en moins puissante. Il enleva son chapeau qui était cabossé du fait de l'espèce de bagarre qu'il avait mené, ses cheveux dans une bataille impossible. Tant pis, il s'en contenterait. Il se rendit compte qu'il ne savat pas quelle heure il était, tant le tournoi avait trainé en longueur. Il n'avait ni montre, ni téléphone sur lui. Juste un paquet de cigarettes, qu'il sortit. Il en prit une, qu'il commença à fumer lentement. Il n'avait jamais jamais été un gros fumeur. Mais il ne disait jamais non à une petite clope de temps à autre, alors il se baladait avec un paquet quand il bougeait. L'Originel sentit que ses maux de crâne s'estompaient. Il reprit la route. Il n'avait aucune envie de rentrer chez lui et de dormir pour se réveiller avec un gueule de bois monstrueuse. Il préférait donc la laisser venir. Il marcha dans les rues assombries par la lune cachée. Il aperçut vaguement une aura noire qui poursuivait une humaine. Cela le fit sourire.

Pharen faisait souvent une activité similaire quand il ne voulait pas parler avec une proie : il utilisait la peur de sa victime. Il commençait par la suivre doucement. Et puis quand elle se rendait compte qu'elle était suivie, qu'elle se mettait à accélérer le pas, lui commençait par courir. Terrorisée par la pensée d'un violeur ou autre monstruosité de ce genre, elle faisait de même. Quand elle faisait un faux pas, du genre trébuchait ou tombait, il était brusquement devant elle. Avec un sourire en coin qui en disait long. Et il continuait jusqu'a l'épuisement de la victime. Ce jeu lui avait toujours plût. Pris d'envie de connaître cet Akuma qui s'amusait de la même façon que lui, l'Originel le suivit à distance, se dissimulant. Il n'étai tpa sloin quand l'autre monta sur le toit. Il était juste derrière quand il eut peur. De quoi, bonne question. Il s'accrochait désespérement à une antenne dont la cause était inconnue au bataillon. Il paraissait presque terrorisé. Par quoi, telle était la question. Pharen s'approcha prudemment, et fit assez de bruit pour ne pas effrayer davantage l'autre. 'était un ex-humain, mais son aura était grande. Plutôt imposante d'ailleurs, si bien que sous l'effet de l'alcool Pha laissa la sienne s'étaler, comme une concurrence.

<< -Quelque chose ne va pas ? Vous sembliez en forme tout à l'heure... >>

Combien de fois déjà s'était-il intimé à lui-même de se taire ? Il fallait vraiment qu'il fasse un effort.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat
Admin
avatar

Messages : 221
Age : 24
Puf : Daichi
Célibataire ? : Non et Renon
Espèce ? : Akuma | Akuma

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Lun 22 Aoû - 13:48

    Mon aura pèse lourde et tranchante autour de moi alors ma poitrine est compresser par mes bras toujours replier sur moi-même alors que mes ongles rentre lentement dans ma peau. Je suis dans un moment dé plus instable pour moi et mon esprit. Je ne comprends pas pourquoi je devais tout faire voler en éclat, moi, ma vie et tous qui m’entourent ! Je devais juste le faire au plus profond de moi je sentais révulser par quelque chose, apeuré de perdre la chose et en colère que la chose me bouffe à petite feu ! Mes doigts se referme avant de venir s’engouffré dans mes cheveux me tenant la tête comme pour cesser d’entendre mes démons tourner dedans. Je serre les dents quand j’entends un bruit.

    Je lève brutalement mes iris froidement sur la silhouette qui s’approche. Je montre légèrement les dents, contractant tout mes muscles et m’appuyant contre le muret. Je pose mes coudes sur mes genoux baissant la tête, je souris avant de commencer à rire lentement et que ca finisse en un fou rire hystérique. Mes lèvres se retroussent avant que ma voix claque.

    - Vous pensez vraiment que ça ne va pas ?

    Mon aura s’enroule avant que je me lève lentement comme un pantin, je ressemble plus à un animal avec le pelage hérissé qu’un Akuma. J’observe l’Originel d’un regard métallisé alors que mes muscles sont tendus. Une bourrasque de vent rabat mes mèches sur mes yeux alors que mon visage est figé dans des traits lisses. Personne ne peut me venir en aide ou quoi que ce soit, j’ai besoin de personne et encore moins celui d’un foutu Originel. Je fronce les sourcils serrant les poings. En forme, c’est un bien grand mot ! Si avoir deux facettes est agréable je veux bien le lui donner.

    J’apparais d’un coup juste en face de lui, le jaugeant à quelques centimètres de lui. Nos auras se confrontent d’un coup se cognant l’une contre l’autre. Un Originel ne me fait pas réellement peur après avoir passé 3siècles à être battu par eux, a être malmené dans des bordels pas croyable ! Je grimace reculant légèrement la tête, il empestait l’alcool comme pas deux. Je fais un léger signe de tête le regardant avec dédains.

    – Vous semblez soule … Vous avez pas autre chose à faire que suivre les gens !

    Je détache chaque syllabe avec insistance avant que mes yeux se détournent et que j’avance poussant son épaule avec la mienne le dégageant de mon passage. Je marche d’un pas lent alors que je me penche à nouveau sur le vide. Je me retourne lentement avant de m’assoir sur le rebord l’observant d’un regard noir.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lestat
« I live in the darkness… but I yearn for the light. »
Revenir en haut Aller en bas
Pharen

avatar

Messages : 146
Age : 22
Puf : Poison.
Célibataire ? : Il semblerait que non. Kuroi ?
Espèce ? : Akuma.

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Lun 22 Aoû - 16:12

Tout le monde avait des problèmes avec l'argent. Quand il en gagnait, quand il en perdait ou quand il en devait. Pharen n'avait jamais gagné des sommes astronomiques au poker, et donc des problèmes, il en avait rarement. Mais il réglait ça très vite par un bon coup de poing dans la figure de son adversaire, ce qui le faisait taire pour un nuit au moins. Mais aujourd'hui, chacun avait misé au moins une cinqcentaine de billet, ce qui montait ses gains à quelques millers de jetons bleus. Et bien évidemment, il était très probable que même après une bonne raclée ses poursuivants d'un soir reviennent à la charge. Il avaient été en face de lui assez longtemps pour savoir à quoi il ressemblait. Il savait qu'il ne supportait pas si bien que ça l'alcool, et ils organiseraient peut-être des recherches. A moins qu'ils soient vraiment plein de fric et que les pensées de Pharen ne soient que de la pure folie.

Le nouvel interlocuteur de l'Originel n'aimait manifestement pas les visiteurs indésirables, ou même carrément le démons qui n'avaient jamais vécu humainement. Grand bien lui fasse, mais ce n'était pas le problème de Pharen. Chacun ses emmerdes. Si il avait eu des problèmes avec celui qui l'avait transformé, il ne fallait pas s'en prendre à tous ceux qui faisaient partie de la même espèce. Lui n'avait jamais été emballé par la perscpectie de transformer de faibles personnages en démons comme eux, et il ne le faisait que par nécessité. Il avait laissé sa seule transformation à l'air libre. Dieu seul savait où il était en ce moment. Les réflexions s'arrêtèrent brusquement. Notre Akuma ne répndit pas à la pique de l'autre, qui précedemment avait ri plutôt fort. N'importe quel humain aurait pensé à un échappé de l'asile en l'entendant.

Pharen le vit se lever. Il ne bougea pas, s'attendant à une provocation de quelque manière par l'ex-humain. Ca ne manqua pas. Il lui rentra carrément dedans, le bousculant volontairement par l'épaule. L'Originel était trop las pour le frapper, mais en temps normal il l'aurait sûrement fait. L'autre remarqua sans peine qu'il avait bu, et lui posa une question. Franchement, ces rebelles, on ne pouvait pas les tenir. Autant arracher le coeur à tous ceux qui avait été transformés, le monde des démons en serait bien plus heureux. Il ne formula pas sa pensée. Son aura se battait comme un diable avec celle de Lestat. Son ton de parole était à la limite de l'ironique.

<< -Je suis pas soul. J'ai peut-être bu un coup de trop, mais ma vision est nette, merci de t'en inquiéter. Si tu veux savoir mon meilleur ami me laisse en plan, je me suis fait jeter par la seule personne qui semblait vouloir de moi, je me fait courser par des cons qui savent pas jouer au poker et tu m'avais l'air sympa avec ta façon de la terroriser, parce qu'il m'arrive de faire la même chose. Si j'avais su que t'avais des préjugés sur tous les Originels du coin, j'aurais passé mon chemin. >>

Il n'était pas d'humeur à se battre, la parole étai moins fatiguante. L'ex-humain était carrément hostile. Il s'assit sur le rebord à un ou deu xmètres de lui, regardant le vide sans intérêt particulier, et faillit rallumer une clope. Il fallait qu'il se calme.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat
Admin
avatar

Messages : 221
Age : 24
Puf : Daichi
Célibataire ? : Non et Renon
Espèce ? : Akuma | Akuma

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Mar 23 Aoû - 10:31

    Il est fou, il est bon pour l'asile mais qu'est ce que ca peut faire ! Le jour ou vous vivrez avec un deuxième côté qui vous bouffe votre vie on reparlera ! L'Originel en face de moi paraissait plus un humain pommé que autre chose. Ils commencent aussi a devenir sage et mélancolique ? Je shoot dans une vieille cannette qui traine. Où va le monde ? Il y a plusieurs siècles c'était décadence, mise à mort et chasse ! Maintenant on dirait des poètes qui chantent paix à votre âme avec une rose. Je n'ai jamais eu de problème avec mon créateur monsieur je crois tout savoir à pars cette année, je ne le connaissais même pas avant. C'est juste que les originels on trouver bon de me faire pute de luxe pour passer les petites frustrations des messieurs.

    Je siffle entre mes dents me retournant pour avoir les jambes dans le vide. Il pense vraiment que j'allais l'accueillir avec des biscuits et une tasse de café pour faire la causette ?! Alors que je suis dans ma phase incontrôlable, Lazare lui même n'aurait même pas voulus m'approcher en ce moment. Il ne réplique même pas, foutue Originel à l'eau de rose ! J'ai connus mieux comme siècle. Je l'écoute à peine d'une oreille.

    - Tu fais chier Pharen ! Je te plaindrais quand j'aurais le temps et tu n'avais cas passer ton chemin.

    Je soupir exaspéré toujours une ombre qui voile mes yeux. Il ne manque plus les chandelles et je devrais encore le plaindre ! Non mais sans rire, je n’avais pas la tête à parler j'avais juste envie de me chercher une nouvelle victime et jouer ... un peu plus longtemps ! Mes iris métallique regarde vers le bas, quelques silhouettes grouillent alléchante. Avant de rire légèrement regardant du coin des yeux le fameux Pharen.

    - Sympa ? Tu te fou de moi ... Tu pensais pouvoir te ramener qu'on fasse copain copain et qu'on parte main dans la main chasser ? Tu es tombé sur la tête ma parole !

    Mon ton devenait plus ironique et sarcastique. Je secoue la tête lentement. Depuis quand les Originels voulaient sympathiser avec les soi-disant faible ex humain. J'ai beau dire ne pas être exceptionnel mais je tiens facilement tête à un Originel, même si ma réputation à tendance à disparaitre lentement. Je bats des jambes dans le vide avant de voir des hommes assez trapus courir en cherchant quelque chose. Je souris les pointant du doigt.

    - Je crois que ton comité d'accueille te cherche ! Oh ... ca serait plutôt sympa qu'ils montent plus on est de fou plus on rit. Une partie de cache cache dans l'immeuble est plus alléchante.

    Je les observe comme des fourmis en paniquent. Ce n’était certainement pas des joueurs de pokers mais plutôt leurs molosses. Qu'est ce que le petit Pharen avait fait de mal pour se les coltiner ? Oh c'est sur il a du être très méchant, je pouffe de rire trouvant le moment bien ironique et barré. Je vais rentrer à la maison surtout, j'en ai marre d'avoir des boulets sur le dos !

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lestat
« I live in the darkness… but I yearn for the light. »
Revenir en haut Aller en bas
Pharen

avatar

Messages : 146
Age : 22
Puf : Poison.
Célibataire ? : Il semblerait que non. Kuroi ?
Espèce ? : Akuma.

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Mar 23 Aoû - 19:40

Le poker était toujours considéré comme un sport. Pa sun jeu comme il était, un sport où comme aux courses on pariais sur notre victoire. Et en fonction de notre place, on recevait plus ou moins d'argent, supérieure ou inférieure aux mises de départ. C'était ça, le Hold'Em :un Quinté+, où notre recette dépendait de notre palmarès. Plus on joue, plus on s'améliore, plus on gagne et plus on peux miser. Mais au fur et à mesure de notre progression, on recontrais des adversaires de plus en plus forts. Et il ne fallait pas compter sur la chance pour se sortir de ce pétrin. Souvent les grands fous misaient tout ce qu'ils avaient. Ils perdaient, et empruntaient de l'argent à leur coéquipier pour pouvoir continuer. Ou alors misaient tous leurs biens, de la voiture à la maison. Certains allaiet trop loin, et tentaient ensuite de se suicider. La nature humaine est faible depuis les premières générations, et il ne sont jamais capables d'affronter le problème en face.

Pharen avait toujours été réaliste. Il étudiait toujours de près les tournois qu'on lui proposait, se renseignant sur le jeu de chacun de ses adversaires, pour savoir si cela valait le coup de miser de l'argent sur son propre jeu. Cette tactique réussissait, généralement il ne perdait pas ou peu d'argent. Il était d'ailleurs de plus en plus terrifiant, et rares étaient ceux qui promettaient de venir quand ils saveient que l'Originel venait. Il jouait donc en grande partie avec des gens mal renseignés, sûrs d'eux ou inconscients. Autant dire que c'était une partie de plaisir. Ils étaient tous à moitié alcooliques, fumaient des gros cigares en parlant plus qu'en jouant. C'était parfois une vraie torture de rester.

L'ex-humain parlait. Il n'arrêtait pas. Ca se bousculait dans l'esprit de Pharen, il voulait un peu de silence. Mais à vrai dire, les paroles de Lestat n'étaient pas dénués d'intérêt, et si'l n'écoutait pas l risquait de s'en vouloir. Alors comme ça, il le connaissait ? Il avait au moins dit son nom, ce qui voulait dire qu'il avait un minimum de connaissance. En tout cas, il n'avait pas peur de se faire défoncer par un Originel, et lui fit très clairement comprendre qu'il l'emmerdait. Royal, comme qualification. Notre Akuma aimait ça, et il ne bougerait pas de sitôt. Les expressions ironiques se suivaient, et l'ex-humain se moquait carrément de lui. Fort heureusement pour sa figure, Pha' n'avait ni la force ni l'envie de lui mettre son poing dans le visage. En temps normal, il ne se serait pas géné.

Mais les monsieurs Muscles que Pharen avait littérelement jeté à terre remirent la situation en place. Alors qu'il étaient assis sur le bord du toit, ses chers amis apparurent, manifestement en pleine recherche du gagnant du premier round. Lestat sembla comprendre de qui il s'agissait, car il parla du 'comité d'accueil' qui semblaient tenter de le trouver pour lui remmettre les diées en place. L'ex-humain commençait à lui plaire finalement.

<< -J'aime bien les parties de cache-cache avec des victimes... Mais avec ce genre de cons ça risque d'être moins marrant. Quoi que. >>


L'autre n'avait pourtant pas l'air d'être si enjoué que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat
Admin
avatar

Messages : 221
Age : 24
Puf : Daichi
Célibataire ? : Non et Renon
Espèce ? : Akuma | Akuma

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Dim 25 Sep - 19:53

    Je jette un regard à l’Originel sans émotion et plutôt neutre. Il avait l’air totalement a côté de la plaque à vrai dire, ce n’était même pas marrant. Je me renfrogne me demandant que cela faisait combien de temps que je ne me suis pas fait remis en place par un Originel ? Trop longtemps je crois bien, leurs caresses si tendre me manquaient … Je dis cela ironiquement bien sur. Ca ne ma jamais plus de joué à la catin de luxe pour ces chers Monsieur frustrés mais c’était soit je me pliais à leurs règles soit je finissais mort au fond d’un trou surement. C’est dingue comme ma vie est totalement merdique enfaite ! A pars 2 ou 3 amants qui m’avaient plus, ma vie n’était que renoncement et sacrifice … Sortez les violons les enfants. Très peu de monde connait réellement mon histoire, Lazare ne sait même pas tout et cela ne le regarde pas ! Je lui fais déjà assez peur comme ca.

    Je lève ma main dans les airs faisant quelque geste comme si j’étais chef d’orchestre. Pharen n’avait pas l’air décidé de bouger. Mes ongles entament légèrement le ciment avant que je me lève brutalement, mes yeux luisant de cette lueur tant redouté pour certains … Je me rappelle encore du jour ou j’ai réellement perdus le contrôle, détruisant pratiquement tout le manoir et quelques Originels qui ont pour la première fois eu très peur. Ils n’avaient cas pas joué aux scientifiques fou ! Je les déteste pour cela, pour ce que je suis devenu sans le vouloir, pour ce que je suis encore maintenant … Un assassin tout simplement. Je souri mauvaisement mon aura s’étirant lentement écoutant les paroles de Pharen, peut-être s’entendraient-ils pour une soirée. Je ne peux de toute façon pas rentré dans cet état sinon Lazare va en pâtir de mon irresponsabilité. Je marche jusqu'à l’Originel.

    Je le fixe avant de le soulevé par le bras pour qu’il soit debout à mes côtés. Je siffle d’un coup en faisant un signe de la main au molosse en bas qui lèvent tout de suite la tête, c’est qu’ils ne sont pas si idiots.

    - Hé ! Bande d’Idiot c’est lui que vous cherchez ?! Monté donc !

    Je rigole les entendant parler avant de les voir courir vers l’entré. Je lâche Pharen un peu brusquement redescendant du bord. Je me dirige lentement vers la porte avant de descendre la première volé d’escalier désinvolte. Un long sourire fend mon visage alors que l’excitation d’un petit cache-cache commence à me faire frémir la peau. Mes yeux sont d’un gris claire alors que je m’arrête au palier regardant en bas de l’escalier au milieu apercevant les ombres des hommes.

    - C’est maintenant que ca va devenir intéressant ! Je veux bien faire une exception pour une fois mais ne crois pas qu’on est devenu pote … Celui qui en terrorise le plus aura gagné, j’accepte une petite entorse à la règle ta le droit de les tués.

    J’échange un regard avec l’originel avant de disparaitre dans un étage inférieur ou un homme se balade. Il reste encore quelques murs à cet étage et quelques bâches frôlent le sol au rythme des courants d’air. Je me déplace silencieusement avant de lâcher un rire laissant l’homme m’apercevoir et de disparaitre. Il se retourne sur lui-même le poing fermé, méfiant alors qu’il souffle comme un bœuf ce faisant peur lui-même. Mes pas résonnent marchand vers lui de plus en plus vite, son cœur s’accélère à force que je m’avance et plus rien. Il marmonne quelque chose avant que j’apparais devant lui. Il lance son coup de poing que j’évite aisément avant de prendre sa main entre mes doigts lui tordant le poignet et le mettant facilement à genoux.

    - Non, non … Ce n’est pas aussi facile. Je commence à lui craqué les doigts avant de lui murmuré à l’oreille. Si Tu ne veux pas mourir ici, tu devrais commencé à courir ... Vite.

    Mon murmure est perfide comme un serpent faisant froid dans le dos, je lâche sa main avant de l’observer dans des gestes désorganisé s’enfuir comme un lapin en gémissement d’effroi. Je souris satisfait avant de prendre un bout de bois entre mes doigts et de disparaitre. Je fais un brutale geste comme une batte de baseball et la tête du molosse sa fracasse dessus dans un craquement sourd. Il fait un vol plané en arrière arrêté net dans sa course avant de tomber dans un bruit sourd. Je regarde le bout de bois d’une mine satisfaite. Je m’avance vers le corps.

    - Je ne savais pas que c’était si radical un bout de bois … Pas mal !

    Je laisse le bout de bois sur le corps de l’homme ou uns flaque de sang commence à se répandre autour de lui. Je sautille légèrement me frottant les mains, ce soir est une magnifique nuit ! Je cherche une autre victime mais je me laisse une petite pause regardant faire l’Originel, curieux de voir leur méthode. A la fin il le tue aussi et j’applaudis venant en face de lui.

    - Je dois avouer que Les Originels ne sont pas si mauvais à ce jeux. Magnifique ! Nous sommes à 1-1 … hm c’est embêtant il va falloir continuer.

    Je rigole légèrement le fixant avec impatience. Je sens que ce soir je ne vais pas pouvoir me calmer de si tôt. J’ai le droit à ma liberté … Ce soir il n’y a rien ! Il n’y a que moi, lui et une partie de cache-cache passionnante.


_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lestat
« I live in the darkness… but I yearn for the light. »
Revenir en haut Aller en bas
Pharen

avatar

Messages : 146
Age : 22
Puf : Poison.
Célibataire ? : Il semblerait que non. Kuroi ?
Espèce ? : Akuma.

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Mar 25 Oct - 22:06

On peut pas avoir des millions d'amis sans se faire quelques ennemis. Cette phrase avait accueilli un film pendant quelques mois, appréciée de certaines personnes pour son côté philosophe. La vie était faite d'autant de personnes qui nous aimaient que de chiens qui nous détestaient. Les façons de se faire haïr étaient nombreuses. La trahison, la jalousie, l'exaspération, et bien d'autres. Dans le cas de Pharen, la faute était a l'ennemi d'autre un mauvais joueur et mauvais perdant. Et pour le moment, il ne pouvait pas avoir autant d'ennemis sans se faire quelques amis. Certes, Lestat n'était pas un ange et il ne comptait pas se faire un copain dans la personne de l'Originel. C'était compréhensible, et de toute façon l'avis était pareil des deux côtés. Ils feraient équipe pour un jeu irrésistible cette nuit, et ça s'arrêtait la.

L'ex-humain ne perdit pas de temps. Gardant un calme impressionnant face au délice du futur proche, il agrippa le bras de l'Originel pour le tenir comme une proie face aux molosses, faisant apparaître un sourire machiavélique sur celui qui était sensé disparaître dans la nuit. La demi-douzaine de personnes qui s'affolait en bas ressemblait a des fourmis rescapées de la fourmilière, elle-même détruite dans les flammes d'un enfant pyromane. L'autre Akuma fixa les règles du jeu, plutôt simple. Au début des explications, Pharen fronca les sourcils. Il manquait quelque chose au tableau. Fort heureusement, la perspective de pouvoir les achever rendait ce cache-cache plus amusant. Lestat disparut dans un escalier proche, rendu fou. L'Originel prit le chemin opposé.

Ce bâtiment en ruines était vide. Des bâches bleues et ternes jonchaient le sol, accompagnées par des outils divers et de la poudre de ciment. Pharen marcha tranquillement, ne faisant aucun bruit et restant attentif au moindre mouvement extérieur. Il prendrait son temps. Plus loin, il aperçut son adversaire qui terrorisait un musclor, ce dernier fuyant comme un renard a la chasse a courre. Fouillant une nouvelle fois le sol, Pharen passa en revue les possibilités qu'offraient chaque objet. Une perceuse ? Trop simple. Un niveau ? Inutile. Un tournevis ? C'était une possibilité. Assez ragoutante, mais après tout, pourquoi pas ? L'Originel aperçu alors sa première victime. Pas de cadeau, il ne comptait pas en laisser partir plus d'un. Se dissimulant facilement derrière toutes sortes de cachettes, il observa sans un bruit sa victime, qui soufflait comme un boeuf après une course d'hippodromes. La proie potentielle regardait de tous les côtés, apeuré ou tout simplement attentif. Il n'allait pas forcément être simple de la prendre par surprise. Le prédateur qu'était l'Akuma profita d'un clignement de paupières pour se poster derrière la victime comme un souffle de vent. L'autre le sentit avec peine, ne remarquant que peu qu'il y avait une présence qui s'ennuyait de voir son postérieur. Pharen esquiva un premier coup de poing faible et lassé. Il profita du second, plus déterminé et engagé. Inconsciemment, il imita l'ex-humain -ou peut-être étais-ce le contraire- en agrippant brusquement le poignet de son petit adversaire. Une expression de peur mélangée a une envie pressante de fuir le danger qui le menaçait apparut sur le regard voilé par la nuit du molosse. Malheureusement pour lui, Pha' ne laissait aucun répit pour la fuite comme le faisait Lestat de son côté. Sans prendre compte des yeux suppliants de la victime, il lui tordit le poignet dans un craquement sonore, puis se baissa a peine vers le sol dans un mouvement souple et rapide, ramassa le tournevis et le planta dans la colonne vertébrale de son adversaire au niveau de la moelle épinière, sa bouche se tordant en une grimace d'effort feinte quand il lui enfonca le bout de l'outil presque entièrement rouillé dans le dos. Il laissa enfin tomber le corps sans vie -ou presque, il pouvait très bien finir la nuit a agoniser dans son sang-. La surprise fut de la partie quand l'autre le félicita brièvement au nom de tous les Originels, puis annonça la suite du jeu en précisant les liens qu'il n'y avait pas entre eux deux au cours de cette nuit.

« Disons qu'on se débrouille. Le ton était presque modeste. Vous êtes tout aussi... doués. Oui, comme c'est dommage, ah. »

Obéissant tranquillement aux "ordres", Pharen fit demi-tour et chercha une seconde victime. Il la trouva vite, grognant comme un teckel et marchant aussi vite qu'une tortue. Notre Akuma n'avait pas spécialement envie de toucher, et donc de tuer, ce gros chien qui se présentait a lui. Aussi discret qu'un lion qui se tapit dans les broussailles, il le suivit donc et ne se présenta qu'après sentir une exaspération sans bornes dans l'esprit de la victime. Apparaissant rapidement derrière lui, il lui tapota l'épaule et fut dissimulé avant même que l'autre ne se retourne. Il recommenca plusieurs fois, passa a une grande vitesse non loin derrière l'humain, le faisant faire demi-tour très souvent et entamant une belle flamme de folie dans la tête de l'homme. Les yeux écarquillés, la sueur tombant comme de la pluie sur ses yeux, il faisait presque peur. La terreur se lisait aussi facilement que la folie dans ses iris. Décidant que c'était l'heure de la faire déguerpir, Pharen apparut alors devant lui, ses yeux changés en blanc, plus effrayants encore dans le noir. Sa voix etait basse et pourtant elle sonnait fort aux oreilles sifflantes de l'humain.

« Cours. Vite. »

Ce qu'il fit. Débarrassé d'une personne, Pharen décida d'observer avec précision l'ex-humain, qui se démenait avec un autre molosse.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat
Admin
avatar

Messages : 221
Age : 24
Puf : Daichi
Célibataire ? : Non et Renon
Espèce ? : Akuma | Akuma

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   Dim 30 Oct - 21:45

    Je m’approche doucement de lui presque désinvolte alors que je croise mes bras sur mon torse l’observant. Il était tout de même bien trop silencieux, trop normale … trop « gentil » pour un Originel, je sentais au plus profond de moi une répulsion pour cette personne que je ne pouvais pas définir. J’avais une envie de l’étranglé tout en ayant envie d’en connaitre un peu plus mais j’ai tout de même plus envie de le voir mort entre mes mains. Je le jauge alors qu’il me répond d’un ton modeste, c’est désespérant de le voir si plat et sans goût … J’avais l’impression d’avoir un banal ex-humain sans motivation. Je soupir agacé en le voyant obéir tranquillement, je l’observe s’en aller alors que je le pointe avec deux doigts mimant un pistolet avant de faire le bruit d’une détente entre mes lèvres discret avant que je rigole. Ca serait trop facile !

    Je tape violement dans un grava qui part de l’autre côté de l’immeuble alors que j’arpente l’étage comme une ombre. Je jette un œil à travers un trou qui éventre le sol apercevant un autre homme moins massif que les autres mais qui reste correcte comme adversaire. Je roule des yeux avant de me laissé tombé à l’étage inférieur à travers le troue, le sol tremble sous l’impacte alors que je me redresse observant l’homme d’un drôle d’air penchant la tête légèrement, un fin sourire anima mon visage lisse alors que l’homme continue de me fixé pétrifié de la tête au pied. Je m’avance lentement le fixant d’un regard métallique alors que ma voix est basse comme une confidence.

    - Tu sais mon père disait "Chacun a un diable, et on a pas la paix tant qu'on l'a pas trouvé."

    L’homme me regarde dubitatif essayant de comprendre le sens de ma phrase. Avant qu’il puisse réagir, je donne un puissant coup de pied dans son genou le mettant à genoux avant d’agripper ses cheveux entre mes doigts fermement, je resserre mes doigts lentement alors qu’il serre les dents agrippant mon bras avec ses mains essayant de me faire lâché prise. Ce commence à m’agacé sérieusement, je sentais la frustration tordre mes doigts et crispé mes muscles. Cette profonde haine et rancune en moi qui faisait surface, mais elle éclate soudainement je jette violement la tête de l’homme contre le sol dans un rugissement rangeant. J’observe les environs le visage fermé et sombre, mon aura s’imposant de plus en plus avant que je me baisse fermant mes doigts sur le t-shirt de l’homme le trainant jusqu’à un balcon ou la barrière manque.

    L’homme gémit faiblement alors que mes pas résonnent lourd et lent, je le soulève en grognant entre mes dents car il était engourdit. Je le prends par la nuque serrant mes doigts autour de son cou frêle entre ma main de fer d’Akuma. Son visage était en sang du au choc d’avant alors que je l’observe d’un air hautain, le remettant à sa place de chose inutile d’un regard froid. Il bafouille quelque chose alors que je le soulève légèrement resserrant ma main en l’étranglant lentement, il ne se débattait même pas. Je soupir dégouté de tant de fragilité alors que je lâche lentement ma main autour de son cou le laissant basculé dans le vide et s’écraser beaucoup plus bas dans un bruit sourd. Je garde ma main levé contemplant le vide d’un regard perdu. J’avais d’un coup mon esprit égaré, sur se vide qui me fascinait … J’avance jusqu’au bord et un vent brusque me fait légèrement chanceler mais je garde un parfait équilibre avant que je remarque que Pharen m’observe.

    Je fronce les sourcils voyant un homme sortir précipitamment de l’immeuble, il ne l’avait pas tué … Je recule lentement avant de me retourné vers le sois disant Originel, nos regards s’entrechoque électrique. Un gros silence plombe le lieu, je rigole soudainement. Je savais que je pourrais jamais supporter la présence d’un Originel, ils se croient tout permis en prenant les autres de haut ... Je ne sais pas leur façon d’être me répugne totalement, je me hais pour ce que je suis devenus car je suis devenus pareil qu’eux ! Je me répugne moi-même, je les détestes pour tout ce qui m’ont fait. Je serre lentement mes doigts en un poing alors que je ne le quitte pas des yeux. Je n’avais qu’une envie c’était de mettre mon poing dans sa figure, lâché toute ma haine contre lui et même si je dois y passé. Je reste figé en face de lui, le vent glacial du soir faisait battre le pant de ma veste contre ma cuisse avant que mes mèches glissent devant mes yeux le fixant avec une haine peu dissimuler.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lestat
« I live in the darkness… but I yearn for the light. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Murder in the Thirst | LIBRE |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Murder in the Thirst | LIBRE |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protect Wolf :: ~One :: Archives du JDR-
Sauter vers: