AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Luka | Haunted By Myself.

Aller en bas 
AuteurMessage
Seth

avatar

Messages : 219
Age : 20
Puf : Chunsa.
Célibataire ? : Non.
Espèce ? : Originel | Ex-Humain.

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 13:56



PERSONNAGE ▬


Nom, prénom ▬ Luka Carthew.

Age ▬ 17 Ans. Et ça durera encore longtemps grâce à Mister Ewen What a Face.

Sexe ▬ P'tit mec.

Parents et origine ▬ Sa mère s'appelait Sonia. Il n'a jamais connu son père qui c'est séparé de sa mère avant sa naissance pour partir en Australie.

Histoire ▬
[ on excuse la nullité, j'ai fais ça à cause d'une inspi subite ]

    Ses yeux sont figés sur un point invisible, un point qu’il ne peut lui même pas apercevoir dans l’obscurité. La nuit est tombée. La fenêtre étroite laisse passer un rayon de lune qui éclaire de son éclat blafard ses draps, ses bras nus, ses doigts crispés sur le tissu. Luka jeta un regard à ses tendons, qui saillaient de sous sa peau, avant de resserrer encore plus violemment l’emprise de ses doigts sur sa couverture. Une brève douleur agita son artère.

    Le pré adolescent n’apercevait la pièce qu’entre ses mèches de cheveux noires et mi longues qui tombaient, plates et fatiguées, autour de son visage, entre ses yeux, tentant de lui dévorer la face. Il resta de marbre, ses prunelles sombres trouvant dans la pièce les formes inquiétantes de la nuit. Pile devant lui, le miroir. Long, rectangulaire, martial. Le garçon eut un frisson.

    La lune éclairait aussi le miroir. Elle assombrissait son haut mais éclairait son bas, donnant une impression de clair obscur inquiétante. Luka tandis inconsciemment les doigts vers la chose, comme pour attraper le pan d’obscurité qui engloutissait son reflet assombri et le tirer vers le bas, empêchant ainsi toute réflexion de son corps. Hélas, son bras resta suspendu dans les airs, comme guidé par des fils imperceptibles qui l’empêchaient d’aller en avant.

    Le jeune garçon sentit son pouls s’accélérer. A l’instant, il n’y avait rien de formellement inquiétant dans la chambre. Pourtant, il sentait une insidieuse peur qui tourmentait son cerveau, recouvrant ses tempes d’une fine pellicule de sueur. Sa tête tourna dans tout les sens comme une girouette ; rien, personne.

    Ses ongles raclèrent la peau de son bras, laissant des traces rougeâtres qui disparaîtraient dans quelques secondes. Il battit des cils. Grave erreur.

    Elle était là, cachée dans l’obscurité du miroir, ricanant, déjà, de son méfait. Elle leva un bras, sortant de la pénombre, rentrant dans la face éclairée du miroir, la face éclairée de la lune. Le reflet de la petite fille l’observait de ses yeux de chat moqueur. Elle ne devait pas avoir plus de sept ans, et pourtant son visage était emprunt d’une expression grave et cynique que ne portent pas souvent les gamins de cet âge.

    Ses longs cheveux tournicotant étaient d’un blond très pâle, comme si la couleur avait faiblit comme chez les personnes âgées. Ils tombaient entre ses omoplates, ondulés, sages, et soyeux. Du moins était ce là l’impression qu’ils donnaient. Le visage de la fillette était pointu, et plus blanc encore que sa chevelure. Sa petite bouche semblait peinturlurée de grenat, qui accentuait l’impression boudeuse que donnait ses lèvres charnues. Son nez était retroussé avec effronterie, parsemé de quelques discrètes tâches de rousseur.

    Quant aux yeux…


    Les orbites étaient immenses, s’imposant sur le visage tel une signature. Les cils, longs, noirs, projetaient presque une ombre sur les joues. Le blanc du sclérotique semblait de nacre, parcouru des nervures de minuscules veines. L’iris était bleue. Mais non pas d’un doux bleu azur, mais d’un bleu égyptien sombre et tumultueux, qui attirait le regard d’une façon automatique, avec insistance, tant la volonté de cet œil était puissante. La pupille noire dévorait quant à elle le centre de cette étrange tache de peinture, éclairée d’un éclat farouche et remplie de ressentiment.
    Luka était resté figé. Il observait l’apparition comme on constate la présence d’un voleur dans un logis, mais réagissait calmement, comme résigné. La petite fille au miroir s’accroupit dans ce dernier, un sourire mauvais étirant sa bouche. Elle prit la parole d’une voix cristalline, irréelle et perçante :

    -Tu te souviens de moi, Luka ?

    Un long silence s’étira dans les airs. Le pré adolescent la regardait avec un air toujours aussi neutre, ses lèvres closes, amollies par la peur et par la résistance qu’il exprimait. La petite fille, peut patiente, fini par froncer les sourcils. Elle reprit la parole, enfermée dans son miroir, d’un ton plus impérieux encore :

    -Luka ! Dis mon nom ! Tout de suite !

    Il semblait maladif. Les doigts du garçon passèrent sur ses lèvres comme pour en vérifier les verrous, mais dès lors qu’ils s’écartèrent, sa bouche s’entrouvrit :

    -…Jessica. Qu’est ce que tu viens faire ici ? Tu n’existes pas…

    Sa voix était enrouée par la mue, mais aussi par une certaine appréhension. Il semblait peu convaincu par ses paroles et manifestait une certaine impatience, ses doigts se croisant et se décroisant. L’apparition poussa un petit cri effarouché, avant de répondre :

    -Comment oses tu dire cela ? J’existe ! J’existais… Mais tout ça c’est ta faute, n’est ce pas ?

    L’intonation de la fillette montait dans les aigus. Luka lui jeta un regard vide, la peau blême. Mais cette fois, sa réponse ne tarda pas. Il répondit d’une voix qui s’empressait de s’échapper de sa bouche, comme entraînée par une envie de délivrance :

    -Je… Oui ! … Oui, c’était ma faute… Si je n’avais pas distrait mam…Ma mère alors qu’elle conduisait elle ne t’aurait pas…Elle ne t’aurait pas renversée … Tout est… Tout est de ma faute… C’était il y’a sept ans, mais elle a payée pour moi. Elle est allée en prison alors que c’était de ma faute.

    Jessica eut l’air fort satisfaite. Elle esquissa un sourire qui dévoila ses dents régulières aux incisives pointues, avant de s’asseoir sagement dans son miroir, dévisageant son vis à vis de son regard intense. La fillette ne semblait pas totalement satisfaite.

    -J’aurais aimé aussi lui rendre visite, à ta mère ! Mais elle ne m’a pas laissé faire… Ta mère à résisté ! Haha, c’est à croire que tu regrettes plus qu’elle, alors que c’est aussi sa faute ! Vous m’avez tuée ! Une petite fille !

    -J’étais aussi un petit garçon…

    -Mais tu n’es pas mort, toi ! Tu vis ! Regardes toi, ton corps, il bouge, ton cœur, il bat !

    -J’aurais préféré mourir…Maintenant tu es là ! Tu me tourmentes, alors que cela date de sept ans ! Fais ton deuil de toi même ! Tu es bel et bien enterrée dans le cimetière, au bout de la ville ! Va déposer des fleurs sur la tombe de la pauvre petite fille qui s’est faite renversée par des inconscients !
    Un large sourire blessa presque les joues de Jessica.

    -Quoii ? Qu’est ce que j’entends ? Tu voulais mourir ? Non, je peux te l’assurer, lorsque lavoiture m’a percutée, tu ne voulais pas trépasser, tout ce dont tu avait peur c’était que l’engin se retourne, que vous tombiez dans le fossé et que tu meurs ! Oui oui, nuque brisée ! CRAAAC, adieu le mignon petit Luka !

    -La ferme ! J’étais jeune !

    -J’étais aussi petite et je ne voulais pas non plus mourir ! Mais maintenant que tu es adolescent, ces idées te tracassent… Tu ne travailles pas au collège… Ta mère fait une dépression nerveuse… Tu ne sais pas où est ton père… Et je suis là ! ICI, AVEC TOI, ET TU SAIS QUOI ? JE NE TE LACHERAIS PAS, LUKA, PARCE QUE TU M’AS TUEE ! TU M’AS TUEE ! TU M’AS TUEE ET JE VEUX QUE TU SACHES CE QUE C’EST DE MOURIR ! … Mais pas comme ça… Je ne te laisserais pas te trancher les veines… Un suicide, c’est rapide. Trop. Je veux que tu souffres. Je ne veux pas que ta nuque se brise dans une voiture. Je vais t’empêcher de vivre à petit feu, lentement, jusqu’à ta mort, naturelle si possi…

    Emportée par sa diatribe, la petite fille s’arrêta, la bouche grande ouverte, le regard étincelant. La morte jeta un regard à Luka. Il s’était roulé en boule dans son lit et ricanait, les yeux clos.

    -Même si tu n’existes que dans mon imagination, Jessica, tu n’as décidément pas grandit avec moi… Quelle puérilité ! Tu es restée une enfant malgré tout ce temps !

    Et il s’endormit.


    ~

    Cette nuit là, Luka était calme. La chambre était toujours plongée dans le noir mais il semblait se calfeutrer dans cette obscurité, comme un chat qui s’adapte à l’ombre et en profite pour commettre ses méfaits. Ce n’était néanmoins pas un chat que l’adolescent tenait entre ses doigts. Aujourd’hui, il avait fêté ses quinze ans. Jessica n’avait reparut que quelques fois, ses visites s’espaçaient de plus en plus. Mais à chaque fois elle déversait son fiel avec plus de hargne.

    Oh, il avait vu des docteurs. Hier encore il était dans le cabinet de l’un d’entre eux, assis dans ces éternelles chaises matelassées, le visage lisse, l’air absent. Il lui avait posé une batterie de questions : il avait répondu, sincèrement. Demain, il devrait le revoir. Il répondrait aussi à ses questions. Il dessinerait la première chose qui lui viendrait à l’esprit sur une feuille. Si c’était une voiture, si c’était une petite fille comme Jessica, si c’était une arme, on le classerait comme presque fou, on déterminerait sa maladie et on lui ferait voir des « pros ». Voilà pourquoi il dessinerait un poisson rouge.

    Les yeux de Luka étaient posés sur une poupée de porcelaine. Aussi incongru que cela puisse paraître, elle était là, dans ses bras, froide comme la glace et coupante comme une lame, l’observant de ses grands yeux de verre, la bouche entrouverte comme pour lui glisser un mot. Et si les fabricants l’avaient pourvue de la parole ? Certainement une bêtise, comme « Papa » et « Maman ». Il ne serait ni son père, ni sa mère. Juste le garçon qui la contemple.

    La poupée n’avait pas grand chose de commun avec Jessica. Ses joues rebondies étaient peintes d’un rouge fade, ses lèvres pulpeuses d’une sorte d’orange. Ses dents formaient une barrière derrière la bouche, étrangement pointues comme des dents de louveteau. Ses yeux frangés de cils ridiculement grands étaient de couleur brun sombre, mais emprunt d’une vivacité étrange. Les cheveux ondulaient dans le dos de la poupée, bruns, retenus sur le crâne par un grand chapeau à plumes.

    Il jeta un regard au miroir, avant d’avoir un brutal sursaut, manquant de lâcher la poupée. Jessica le regardait de son regard pointu, lèvres pincées.

    -Ne la laisse pas tomber, maladroit ! s’exclama t’elle.

    Luka resta figé quelques secondes. Il déposa avec précaution la poupée sur les draps, avant de poser un regard calme sur la petite fille. Elle semblait en colère.

    -Qu’est ce que tu veux ?

    Tant de calme sembla irriter Jessica encore plus. Elle brandit le poing, avant de s’écrier d’un ton indigné :

    -Qui t’a donné cette poupée ? C’est la mienne, elle est pour moi ! Ne la touches pas avec tes grands doigts de tueur !

    Quelques instants, l’adolescent fut blessé. Il jeta un regard à la fenêtre, l’air embourbé dans quelques souvenirs désagréables, avant de lui répondre :

    -C’est… C’est ta mère qui me l’a donnée.

    La fillette pinça les lèvres, avant de s’exclamer, ses poings frappant la surface de verre qui l’enfermait :

    -Elle m’a oubliée ? Comment a t’elle pu ? Je la voulais, cette poupée ! Elle était pour moi, c’était pour mon anniversaire ! C’est MON anniversaire, aujourd’hui, donne moi ma poupée !

    Luka écarquilla les yeux. Il serra la poupée, inconsciemment, contre lui, jetant un regard perçant au pseudo fantôme. Il était rare que Jessica perdre son calme.

    -Elle est devenue folle, Jessica. Elle ne m’a pas reconnue, elle n’a pas reconnue ma mère. Elle m’a juste vu dans le magasin, et elle à commencé à me dire que je lui rappelais sa petite fille, Jessica, qui l’attendait à la maison. Puis elle m’a tendu la poupée, elle a dit que j’étais comme sa fille. Elle me l’a donnée. Et ce n’est pas ton anniversaire. C’est le mien.

    -C’est faux ! Tu mens, comme d’habitude tu ne fais que mentir ! Donne la moi ! Ma poupée !

    Contre toute attente, l’adolescent se leva, emportant avec lui la poupée. Il s’approcha du miroir, s’agenouilla face à lui, et plaqua la poupée à sa surface, les paumes de l’apparition tentant de se saisir du jouet. Le jeune garçon observait Jessica avec indulgence, comme prit de pitié. Cette dernière, néanmoins, ne lui prêtait aucune attention. Les traits défigurés par la rage, elle frappait la surface de sa prison, sans pleurer cependant, préférant la hargne à la tristesse, comme tout les enfants gâtés. Dans un dernier cri hystérique, elle disparut.


    ~

    Luka tomba sur son lit, grimaçant, ses doigts trifouillèrent dans le vide avant qu’il n’écrase l’interrupteur, faisant éclater une brutale lumière dans la pièce. Son cou le tiraillait avec douleur, le sang roulant sur la peau pâle. Sa paume droite rampa avant d’atteindre les deux blessures, qui crachaient avec abondance leur écot de sang. Par chance, la chose avait raté sa jugulaire.

    Les bandages et autres désinfectants étaient jetés pelle mêle sur le lit. L’adolescent se sentait fébrile, ses doigts cherchaient les remèdes sans les trouver, sa vision était brouillée par des larmes de honte. Il ne savait pas au juste pourquoi il haletait, en pleurs, mais il ne pouvait ravaler sa crainte.

    Il mit enfin la main sur les pansements. Grattant de l’ongle le sang qui commençait à sécher, il posa deux doigts sur les deux plaies profondes, marquées par les dents. Bordel, c’était quoi ça ? Un détraqué ? … Un vampire ?

    Cette pensée s’éloigna bien rapidement de son esprit. Il en avait assez avec ses fantômes pour ne pas non plus croire en ces fables de buveurs de sang qui scintillaient occasionnellement au soleil.

    Non… Non, ça ne ressemblait pas non plus à un humain. Luka refusait de se pencher trop longuement sur la question. Tremblant, il se remettait de sa frayeur. Comment aurait il pu prévoir que l’autre, à moitié mort, pourrait l’attaquer avec tant de sauvagerie ? Peut être un alcoolique, qui venait de voir Twilight 3 et tentait d’imiter Edward Cullen…

    Il poussa un petit gémissement de douleur, cachant la blessure sanguinolente tout en épongeant le sang autour des meurtrissures. On aurait qu’à le prendre pour un suçon, cela valait mieux que l’histoire vraie : « j’ai tenté d’aider un homme d’adulte en le soignant parce qu’il était mal en point, c’était le soir et au lieu de tenter de me violer ou de me prendre mon porte monnaie parfaitement vide, il a préféré me faire un petit emprunt de sang, il a dû être déçu parce que je fais du A+, en gros super banal… ». Non, cette version là était peu plausible. On le prendrait encore pour un fou.

    L’adolescent s’écarta de son lit éclaboussé de quelques taches vermeil, s’asseyant lourdement sur la chaise de son bureau. Réveillant de son hibernation le vieil ordinateur, il attendit patiemment que ce dernier accepte le fait d’aller sur internet, et, se sentant comme une parfaite cruche, tapa : « créatures suçant le sang sans être des vampires ». Il tomba alors sur des articles divers sur les chauves souris, les moustiques et les taons, et sur un mec persuadé qu’il violait son chien à la pleine lune et le mordait au cou pour prendre son sang. La recherche devrait être un peu plus précise…

    « Créatures de forme humaine suçant le sang sans être des vampires ». Cette fois, il tomba sur un tas de sites qui n’avaient retenu que deux mots clés : sucer et vampires. Luka grimaça, remuant de fond en comble les pages, tandis que l’ordinateur zonzonnait paisiblement. C’est à la page 5qu’il sembla trouver un semblant de résultat. Il cliqua sur le lien du site, attendant patiemment que la page s’affiche. C’était manifestement un blog gothique, vu les décorations dont ce dernier était pourvu.

    Le garçon se pencha vers l’écran, poussant un soupir. Le blog recensait les nombreuses attaques qu’avaient subi certaines personnes de créature qui ne semblaient pas être des vampires, et qui ne les avaient pas vidé de leur sang. Certaines étaient même mortes sans que l’attaque vampirique dont elles avaient été la victime ne soit la cause de leur décès. Les circonstances de leur mort restait totalement inconnues, car elles étaient semble t’il décédées de façon naturelle, alors que certaines victimes n’étaient âgées que de la vingtaine.

    Luka déglutit, avant de fermer la page. Il retourna sur son lit où il contempla le plafond, ses doigts massant automatiquement son cou douloureux. C’est à cet instant qu’une petite toux claire résonna dans la chambre. Aussitôt, sur la défensive, l’adolescent se redressa. Il poussa un lourd soupir en voyant Jessica dans le miroir. Cette dernière semblait rayonnait de joie.Elle riait à pleines dents, observant fixement son vis à vis.

    -Quoi ? interrogea Luka, d’une voix un peu croâssante.

    La petite fille fut obligée de calmer son hilarité. Passant ses doigts dans ses longs cheveux blonds, elle pencha la tête sur le côté, le regard empli de moquerie.

    -Tu t’es fait mordre, mon pauvre petit ? Brrrrr, maintenant tu attires les vampiiiiiires !

    -La ferme ! Et ce n’était pas un vampire !

    La petite ouvrit la bouche, paraissant surprise. Elle contempla Luka d’un air vaguement pensif, avant que son sourire ne s’étale à nouveau sur ses lèvres. Elle sembla se pencher, comme pour mieux voir le cou de l’adolescent. Le sang tachait déjà le pansement.

    -Il ne t’a pas raté… Tu sais ce que c’est qui t’a fait ça, au moins ? demanda t’elle avec hauteur.

    -Je suis censé le savoir ? maugréa le garçon, qui adressa néanmoins un regard intéressé à la fillette.

    -Non, à vrai dire… Non. Je t’ai vu aller sur ce blog. C’est ce genre de créatures qui t’a attaqué.

    -Sauf qu’ils ne mentionnent pas, dans ce blog ce qui a attaqué. Juste des décès à la pelle. Mais vu que tu connais tout, toi qui vit dans un miroir, peut être me dira tu ce qui en a voulu à mes veines ?

    La petite sembla ravie. Elle claqua des mains avant de roucouler.

    -Ha, je ne sais pas si j’ai envie de te le dire…

    -Jessica…

    -Dis s’il te plaît.

    Un bref silence appesantit l’atmosphère. Enfin, Luka répondit d’un ton sobre :

    -S’il te plaît, Jessica.

    Aussitôt, la petite fille partit d’un fou rire hystérique. Le garçon attendit avec patience qu’elle daigne se calmer, prit de curiosité. Cependant, il n’accordait guère de foi aux affirmations de la morte. Elle mentait avec beaucoup de facilité, et pouvait inventer n’importe quoi pour l’effrayer.

    Néanmoins, c’est avec un air sérieux qu’elle reprit, les sourcils froncés :

    -C’était un Akuma.

    -Un Aku…Quoi ?

    -AKUMA, quadruple buse !

    -Et... Qu’est ce que c’est qu’un Aku chose ?

    A nouveau, la petite savoura son savoir. Elle jeta un regard empli de méchante malice à son vis à vis, patientant quelques instants. Claquant sa langue contre son palais, elle finit néanmoins par parler :

    -C’est un démon descendu sur terre pour terroriser l’humanité. Le tien est juste un détraqué qui boit du sang, ils ont des petits hobbies, comme ça…

    Un long silence s’étira dans les airs. Enfin, Luka répondit, jetant un regard peu amène à la petite fille :

    -C’est bien ce que je pensais : tu dis n’importe quoi.

    Et il quitta la pièce pour ne plus avoir affaire à elle.


    ~

    Chaos. Abnégation. Peur. Incompréhension. Le verrou claqua brutalement. Il tenait à bout de bras la poupée de porcelaine, qu’il déposa avec une certaine brutalité sur le rebord du lavabo. Son reflet blafard se répercutait dans ses prunelles, ses traits déformés par la peur panique. Luka se pencha avec brutalité vers le lavabo, vomissant d’un long trait.

    Il était froid et tremblant. Passant ses doigts moites sur ses lèvres pour les essuyer, il évacua le vomi d’un long trait d’eau froide, le regard halluciné. Il se contemplait toujours dans le miroir, la respiration sifflante. Etat de choc, qu’ils disent, les médecins.

    Elle était dans le salon. La nuque brisée. Par la corde qu’elle avait passé autour de son cou, cette même corde qui courait jusqu’au lustre, fermement attachée. La chaise était renversée sur le côté, cette chaise qui avait été son dernier espoir.

    Sa mère s’était pendue.

    ~

    Il était resté dans la salle de bains. Recroquevillé sur lui même, ses larmes roulant sur ses joues. Il venait de comprendre. Sa mère était morte. Sa mère avait mit elle même fin à ses jours. Contrairement à ce qu’il avait toujours pensé, sa mère n’avait rien oublié. Elle avait écrasé une petite fille. Elle avait été en prison où des détenues lui avait coupé les deux petits doigts pour la punir. Elle avait été crainte par la ville entière. Elle avait refusé de rentrer à tout jamais dans une voiture. Elle avait refusé un suivi psychologique.

    Il avait dix sept ans. Sa mère était morte. Luka était seul. A présent, plus personne n’empêcherait les médecins de l’emmener dans un centre spécialisé pour jeunes à problèmes. Tout le monde le reconnaîtrait pour fou.

    La salle de bains était entièrement blanche, et sa lumière particulièrement forte. L’adolescent était comme écrasé par cette lueur, les yeux clos pour tenter de l’oublier.

    Elle, cependant, ne l’oublierait jamais.

    C’était un rire hystérique. Il devinait parfaitement d’où il venait. Cette éclat de rire provenait du miroir de la salle de bains, placardé au mur derrière le lavabo. Là, elle triomphait, Jessica. Elle avait emporté le complice de son meurtre, il ne lui restait plus que l’assassin lui même.

    Luka se redressa en titubant, s’appuyant au mur. Il s’approcha du miroir, y contemplant pour la première fois son reflet, à côté de celui de Jessica. Le visage de cette dernière était défiguré par la joie, la joie la plus immonde qui soit. Celle de la vengeance.

    -Tais toi, chuchota t’il, sa voix résonnant, horriblement faible, dans l’atmosphère.

    L’hilarité de Jessica redoubla. Elle se tenait les côtes, gorge déployée, le rire prenant des accents sardoniques incontrôlables. Il tremblait comme une feuille.

    -TAIS TOI !

    Elle lui jeta un regard impérieux, un large sourire s’étalant toujours sur son visage. Une moue de pitié s’étala sur ses lèvres.

    -Ooooh, le pauvre petit à perdu sa môman ! Mais c’est juste, nooon ? Ma mère m’a perdue moi, et toi tu perds ta mère ! C’est un marché équitable, non ? Mais ne crois pas que ce soit fini ! Non non, je n’en ai pas fini avec toi !

    Luka haletait bruyamment. Ses poings se resserrèrent sur le rebord du lavabo. Brutalement, il saisit la poupée par la chevelure, avant d’ouvrir quelques tiroirs, fébrile. Il balança par terre tout ce qu’il trouvait pour parvenir à son but, comme prit de folie. Enfin, il tomba sur la lame coupante des ciseaux. La vision embuée de larmes, il glissa deux doigts dans les trous à cette effet, brandissant son arme improvisée. Jessica rit encore plus fort, le regard posé sur les deux lames d’inox.

    -Hé ben Luka ? Qu’est ce que tu vas faire ? Me découper avec ça ?

    Il resta imperturbable, dirigeant les ciseaux vers la chevelure fournie de la poupée. Enfin, les lames s’abattirent sur les mèches, les coupant sans pitié, tonsurant la poupée de porcelaine pour une raison inconnue. Il en avait besoin.

    L’adolescent jeta un regard à Jessica. Les traits décomposés, elle contemplait la chose, son teint se marbrant d’un rouge colérique. Frappant la paroi de sa prison, elle s’exclama d’une voix étouffée :

    -Arrête ça ! Lâche la ! Ses cheveux, ses beaux cheveux ! Malade, malade ! Regardes ma poupée chérie, il t’assassines comme il l’a fait avec moi ! Il te transforme en garçon parce qu’il n’aime pas les filles, et tu sais pourquoi il n’aime pas les filles ? Parce qu’il aurait aimé en être une !

    Les ciseaux s’abattirent sur les dernières mèches. Le regard brûlant et fou, Luka redressa la tête. Sa voix hagarde sortit de ses lèvres sèches :

    -Qu’est ce … Tu as dis ? Qu’est ce que… Tu mens encore…

    Mais Jessica ne lui prêtait plus aucune attention. Elle parlait maternellement à la poupée, pour la rassurer. L’irritation de l’adolescent atteint son comble. Il hurla :

    -ECOUTE MOI !

    La petite fille sursauta. Lui adressant un regard interdit, elle finit néanmoins par donner à ses yeux cette expression dure qu’elle affectionnait. Elle rétorqua avec vivacité, frappant la paroi qui la rendait prisonnière de ses poings :

    -Ha ! Et pourquoi je t’écouterais ? Je fais parti de toi, je sais ce que tu penses, ce que tu vas dire, tout le temps ! Regardes, regardes tu es avec moi dans le miroir ! Ton reflet, je peux le toucher, tu vois ! Je ne suis que toi, et tu me l’as toujours dis, mais à présent tu ne te crois plus ! Tu es fou… Un aliéné !

    Luka ne l’écouta pas. Ses paroles ne l’atteignaient plus. Il observait juste le miroir, haletant, comme y cherchant une faille. Ses yeux se posèrent sur ses poings crispés.

    Ce ne fut l’affaire que de quelques secondes. Ses phalanges s’écrasèrent contre la vitrine avec l’énergie du désespoir, le miroir tombant en morceau. Le cri cristallin de la vitre qui se craquelait ressemblait au râle de Jessica. Il s’en était enfin débarrassée. Elle n’était plus là, il l’avait tuée en tuant son reflet, en tuant le miroir ! Enfin, il était un assassin, un vrai, plus un petit garçon qui tentait de capter l’attention de sa mère dans une voiture qui roulait un peu trop vite !

    Un léger éclat de rire s’évada hors de ses lèvres, vite étouffé par des imprécations. Jetant un regard à son poing encore fermé, il déplia les doigts, tombant sur les multiples meurtrissures qui maculaient ses doigts et le dos de sa main. Quelques éclats de miroir s’étaient imprimés dans sa peau, tentant de refléter son œil fou du mieux qu’ils pouvaient.

    La douleur le fit grimacer, cependant il ne put détacher son regard du sang qui roulait sur sa peau. Il se souvenait encore des deux plaies qui maculaient encore son cou, presque invisible, présentes, cependant.
    Il tourna la main blessée dans tout les sens, faisant rouler les gouttelettes grenat selon son envie. Son autre main tenait encore fermement la paire de ciseaux.

    Bientôt, suite à ces changements de direction infernaux, le sang roula sur la face vierge de toute blessure du bras, sur les veines principales et bleutées. Les avant bras furent maculés de sang.

    Luka cligna lentement des yeux, ses cils humides frappant sa peau. Il contempla sa seconde main, celle qui tenait les ciseaux, avant de l’approcher de l’avant bras sanguinolent.

    La pointe des lames s’appuya légèrement sur la peau. L’adolescent contemplait toujours la chose, comme figé, imperturbable, ne prenant pas conscience de ce qu’il faisait.

    Ce fut rapide, et plus facile que de recevoir une claque. Les lames ripèrent sur la peau albâtre, entaillant profondément la chair et ouvrant l’artère. Il ne prêta pas attention à la douleur lancinante, seulement au sang qui roulait sur son bras, par flots. Un doux engourdissement l’enveloppait dans son coton de soie.

    Ce fut au tour de l’autre bras. Rapide, à nouveau. Il pouvait contempler à son aise sa mort, sentir la douleur qui le pétrifiait et le sang qui dansait sur sa peau par tourbillons. Il tenta de sourire ; seul un rictus écarta ses lèvres.

    Etrangement, il reprenait ses esprits, la douleur forçant son cerveau à reprendre les commandes. Il cligna des yeux, et tout fut fini.

    L’émerveillement s’estompa. C’est avec horreur qu’il revit tout ce sang, qu’il vit la poupée presque chauve éclaboussée par le liquide rouge et dégoulinant, qu’il vit son reflet en miettes dans le miroir brisé.

    Il s’enfuit.

    Son instinct le guidait vers l’endroit le plus improbable qui soit.
    Chez l’Akuma.
    La créature qui avait bu son sang.
    Il allait lui demander…
    Il ne savait pas.
    Il allait lui dire…
    Il ne savait pas.
    Il allait exiger…
    Il ne savait pas.
    Il allait le supplier de le rendre comme lui.
    Il était fou.



Caractère ▬ Luka est empli d'une profonde gravité qui le déride peu. Il est néanmoins, comme tout adolescent, assez superficiel et parfois contradictoire. Généralement, il cherche le conflit vis à vis de toutes figures qui auraient pu incarner son paternel ( tels que ses professeurs masculins ). Le presque Akuma n'est pas vraiment sur de lui, mais sur des autres, qu'il se plaît à observer, analyser, selon ses propres théories. Si on peut le taxer parfois de timidité, lorsqu'il est sûr de lui il fonce comme un taureau à trois cornes.

Physique ▬ De taille moyenne, le teint pâle, Luka adopte peu à peu la silhouette d'une homme adulte. Il est parfaitement imberbe, néanmoins, et pas une trace de barbe ne macule ses joues. Ses cheveux sont noirs et épais, lisses et coupés mi long. Son visage est fin, son nez camus, ses yeux sombres.

TOI ET AUTRE ▬


Ton petit puf ▬ Karateka ~
Comment trouves-tu ce forum? ▬ C'est mon bébé What a Face
D'autre personnage ici? ▬Seth, Lazare, Lilian, Guy et ce jeune homme qui devait sortir de mon cerveau depuis longtemps !
Comment as-tu connu Protect Wolf? ▬ Un jour Jackie m'a parlé d'un forum qu'elle voudrait créer en collaboration. Alors je lui ai sauté dessus, et je lui ai dis : no problem ma cocotte, c'est moi ta collabo maintenant. Et PW est né What a Face
Autre ▬ C'est en dormant que j'éllabore les histoires de mes persos...Même si le scénario de l'histoire de Luka existe depuis...Deux mois ?.


Dernière édition par Seth. le Jeu 24 Nov - 20:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Black
Admin
avatar

Messages : 283
Age : 25
Puf : Lilie
Célibataire ? : Oui/ Non
Espèce ? : Lycan/Humain

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 15:52

SETHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!!

Tu es de retour qu'est-ce que tu m'as manqué!! Bon d'accord, l'histoire est comme d'habitude et tu peux jouer mais bordel: TU ES LA!!!!

_________________
Jacob BLACK
L'homme n'est qu'un pion sur l’échiquier de la femme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Eva SPARKS
La manipulation n'est-elle pas une forme de prostitution?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lilian Arletta
Admin
avatar

Messages : 369
Age : 20
Puf : Chunsa.
Célibataire ? : Non.
Espèce ? : Garou | Akuma (ex_humain)

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 15:54

Ouiii, j'ai vécu l'expérience affreuse d'être privée d'internet pendant 6 jours ^___^. Suis trop contente de te voir !

L'histoire comme d'habitude o_O ? Et sinon, nan je peux pas jouer, j'ai pas encore fait mon physique et mon caractère ( en fait j'aurais du me taire et jouer...//PAN//)

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« People are strange, when you're a stranger »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« Streets are uneven, when you're down »
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Black
Admin
avatar

Messages : 283
Age : 25
Puf : Lilie
Célibataire ? : Oui/ Non
Espèce ? : Lycan/Humain

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 15:59

PRIVER?! Snif snif? Pourquoi?

Je prends de l'avance dorénavent car je suis toujours à la traine alors /PAN PAN (le chevreuil)

_________________
Jacob BLACK
L'homme n'est qu'un pion sur l’échiquier de la femme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Eva SPARKS
La manipulation n'est-elle pas une forme de prostitution?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Lilian Arletta
Admin
avatar

Messages : 369
Age : 20
Puf : Chunsa.
Célibataire ? : Non.
Espèce ? : Garou | Akuma (ex_humain)

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 16:06

Ben, en gros, chez mon cher grand père où je devais avoir internet, ben y'a pas eu internet, alors caput. Et si on avait pas écourté le séjour, je serais restée deux semaines sans PW Rolling Eyes !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« People are strange, when you're a stranger »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« Streets are uneven, when you're down »
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Black
Admin
avatar

Messages : 283
Age : 25
Puf : Lilie
Célibataire ? : Oui/ Non
Espèce ? : Lycan/Humain

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 16:09

/S'étrangle et tombe à la renverse/

Deux semaine, la mort!

_________________
Jacob BLACK
L'homme n'est qu'un pion sur l’échiquier de la femme

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Eva SPARKS
La manipulation n'est-elle pas une forme de prostitution?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
.Ewen

avatar

Messages : 43
Age : 24
Puf : Dans un cercueil
Espèce ? : Originalesque

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Sam 23 Juil - 19:19

Mouahaha ... C'est moi le vilain Akuma suceur de sang XD
Bienvenue à ce ptit bonhomme tout miignon =3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Jeu 28 Juil - 12:39

Encore un ?! XD Re', je comprend ta douleur, j'ai vécu un mois sans internet, je ne sais pas comment j'ai survécu.
Revenir en haut Aller en bas
Lilian Arletta
Admin
avatar

Messages : 369
Age : 20
Puf : Chunsa.
Célibataire ? : Non.
Espèce ? : Garou | Akuma (ex_humain)

Feuille de personnage
YOUR FAMILY:
YOUR MEETINGS:
YOUR MEETINGS:

MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   Jeu 28 Juil - 14:24

Nan mais les Akumas sont en voie de disparition, alors oui, encore un :p !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« People are strange, when you're a stranger »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
« Streets are uneven, when you're down »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luka | Haunted By Myself.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luka | Haunted By Myself.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passage Niveau 2 [Ange H. Rejes dit Hannelore L. Schmitt & Luka Era Grey]
» Luka Azarov [petit russe perdu en Ecosse]
» -- délai accordé -- My name is Luka...
» Tournoi des V1: Ama d'Amphitrite (Luka) // Christophe du Lynx (xxx)
» Le rapprochement [PV Luka Morel] (début à la salle de musique) [Tereminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protect Wolf :: ~One :: Archives des Présentations-
Sauter vers: